post
stop au tabagisme passif

stop au tabagisme passif

« Il est interdit de fumer dans les lieux publics et dans les transports en commun » article 3 du décret n° 2012-980 du 12/10/2012

De mémoire de fumeurs
Le 12 octobre 2012, la fumée blanche s’élève du palais de la lagune Ebrié. On ne fumera dorénavant plus en public. A moins d’y fumer le calumet de la paix. Le président Ouattara et le gouvernement ivoirien en ont décidé ainsi. En effet, c’est 28,6 milliards de F CFA de l’argent du contribuable ivoirien qui est injecté chaque année pour la prise en charge des pathologies liées au tabac. Le non-fumeur est tout autant exposé aux mêmes cancers que le fumeur, sinon plus. La fumée que dégage le fumeur est deux à quatre fois plus toxique que celle qu’il inhale lui-même.
Le décret n° 2012-980 est une première sur la législation anti-tabac en Côte d’Ivoire. Il ne fait pas encore du tabagisme passif un homicide volontaire. Toutefois, il admet déjà le principe du pollueur-payeur.  » Est puni d’une amende de 50 000 F CFA à 150 000 F CFA, tout contrevenant à l’interdiction de fumer dans les espaces publics clos ou ouverts ou dans les transports en commun  » article 9. De bouches de fumeurs à oreilles de fumeurs, le mégot de l’information enfume tout Abidjan.

Nuage de fumée ?

Le projet de loi est adopté. Dans l’euphorie, le président Ouattara décrète 2013  » année de la santé « . Les Ivoiriens s’en réjouissent fort bien. Cependant, ils restent dubitatifs. Les habitudes ont la peau dure telle l’haleine du fumeur. Deux artistes imagent bien la psychologie de l’Ivoirien lambda sur la loi et sur la cigarette. Courant 2000, deux chansons font tabac auprès des mélomanes ivoiriens. Mettons leurs deux refrains face à face sur la piste de danse. Voici ce que ça donne :

« A Abidjan, on pisse sur les murs et ça va pas quelque part » Garba 50 / « prends mon cra tu es mon cendrier » dixit Manou Lélé. Le  » cra  » dans le jargon ivoirien, c’est la cigarette que se passent les fumeurs en guise de solidarité. Tous les jours, les Ivoiriens de tout âge ne tarderont pas à se passer le cra en boîte de nuit comme au marché d’Adjamé en sachant tout simplement que ça n’ira pas quelque part. Certains n’hésiteront pas à passer du cra au crack. N’y voyez pas l’image. Il s’agit bien de la drogue dure.
Je fume pian ….. Vas dire au juge!

Près de deux ans après la prise du décret interdisant de fumer en public, rien n’a changé. Depuis 2013 « année de la santé « , la santé des Ivoiriens n’a pas été épargnée par le tabagisme passif. Les arrêtés ministériels censés accompagner le décret n’ont pas suivi. Aucun espace réservé aux fumeurs n’a vu le jour. Résultats : on continue de fumer et d’enfumer les poumons des autres. Qu’importe le lieu, à la maternité comme au cimetière, on abuse dangereusement de la cigarette. Malheur au citoyen qui connaissant ses droits se plaint du désagrément. On lui rétorquera : je fume pian … va dire au juge. En attendant l’Etat de droit, le tabagisme passif semble avoir de beaux jours devant lui. Hier, n’est-on pas passé de la pipe à la cigarette ? Aujourd’hui de la cigarette traditionnelle à la cigarette électronique ? Appelez ça le développement s’il vous plaît.
Rendez-vous à la prochaine consultation médicale. Entre-temps, gardez le sourire, c’est un médicament.

 

 

 

 

 

 

 

5 thoughts on “Côte d’Ivoire : fumeurs dehors !

Répondre à aboudramanekone Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *