post

 

Enfin, il est mort. Il aura rejoint le cimetière politique, où résident à jamais ses nombreuses victimes aussi bien célèbres qu’anonymes. Le palais du peuple aura été sa tombe. Le trône, son trône s’est mué en cercueil et sa couronne en gerbe. La fièvre populaire aura eu raison de lui et de sa tyrannie.

Que ton âme se repose à jamais.

Que ton âme se repose à jamais.

Il est mort de sa lente mort: celle d’un acrobate-voltigeur pris dans le vertige de son envol. Il s’appelait Blaise et il  l’oublia qu’il venait du pays des hommes intègres. Pourquoi si tard , pépé? Que ton âme se repose à jamais en paix au pays des voltaïques. Adieu pépé, adieu l’acrobate-voltigeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *