Abidjan: comment reconnaître un fraudeur de bus.gbès est mieux que dra

A l’arrêt de bus, la galanterie n’a plus sa place. vous aviez beau avoir les yeux bleus traversés d’un arc en ciel, on s’en fiche. Kpelly, Vous aviez beau être un vieux , on ne vous reconnaîtra jamais ni à l’odeur de votre pet ni à vos genoux rongés par l’arthrose, parce que,  le droit d’ainesse  n’existe pas ici pépé.  A Abidjan, chômeurs, fonctionnaires du public comme du privé luttent le bus à 4h du matin avec les élèves des lycées et collèges, le fraudeur aussi.

fraudeur.crédit photos.wikipedia.org

fraudeur.crédit photos.wikipedia.org

Continue reading

Violez ! pillez ! volez ! au nom d’Allah. Gbès est mieux que dra…

Boko Haram: la secte islamophobe

Boko Haram: la secte islamophobe

En arabe, haram signifie péché. Mais, ce n’est pas parce qu’on s’appelle Boko Haram qu’on doit catégoriquement verser dans le haram. En tout cas, chez les barbus littéralistes d’Allah, les textes comme les noms s’appliquent manu militari, de la façon la plus rigoriste et radicale. Et si dans un monde, où même ceux qui s’appellent Fidel sont infidèles,  Innocent sont assassins, si l’on décide de s’appeler Haram, on ne sera que le disciple de Satan le lapidé. Les exégètes de la secte anti-islamique Boko Haram n’ont pas poussé bien loin leurs études théologiques et théocratiques. Il ne suffit plus de se mettre la jachère sous la barbe, s’embaumer dans un boubou plus rouge de sang que blanc, pour se faire passer pour un calife ou un émir, même chez les incroyants. Gbès est mieux que dra…

En islam, le nom ne saurait s’accommoder d’une tonalité péjorative telle haram : la pesanteur de la syllabe, l’intensité de l’accent, tout est passé au peigne fin. L’islam ne signifie-t-il pas soumission à Dieu dans la douceur et la compréhension. Quand Dieu demanda à Moïse (psdsl) d’aller vers l’un de ses ennemis qu’était pharaon, il lui demanda de lui parler avec douceur. Gbès est mieux que dra… Continue reading

Histoire drôle: Compaoré, Dieu et le trône céleste! gbès est mieux que dra…

Cette  belle histoire est directement sortie de l’imaginaire des ivoiriens, peuple qui aime la belle vie. Tous, passe au crible de la dérision chez nous( le président Ouattara, Gbagbo,  la grippe aviaire, ebola) et bien sûr Blaise Compaoré.

Il était une fois, où Compaoré mourut. depuis qu’il avait quitté le pouvoir il avait perdu l’appétit, malgré que ses poches étaient pleines d’euros blanchis. loin de sa flopée de laudateurs, de ses scribes  et des tambours de Kossyam Blaise n’était plus compaoré. Alors, un beau matin, il pensa a se  donner  la mort. La mort, l’outre-tombe était la seule alternative qui s’offrait encore à lui pour redevenir politiquement vierge, lui qui hier avait voulu violer la constitution. Les idées venaient frapper à la porte de sa réflexion légendaire:  si lui Blaise on le dit Dictateur, lui au 27 petites années de règne, s’il arrivait dans les cieux , il était certain d’être le démocrate par excellence vis à vis de ce Dieu éternel éternellement au pouvoir depuis toujours. Il était certain que les habitants des cieux appelaient de tous leurs vœux au changement. Lui Blaise, qui n’avait pas compris comment le peuple burkinabè avait pu le chasser tel un malpropre, aujourd’hui, il le comprenait.  »Quand même, 27 ans c’est un peu trop! mais une éternité! Mettons nous à la place des anges et des morts vis à vis de ce Dieu qui refuse mordicus l’alternance démocratique » , se disait -il. Continue reading